Vélo Québec a 50 ans !

Vélo Québec a 50 ans !

Si le Québec a vu son offre vélo s’accroître considérablement depuis les 50 dernières années, elle le doit en grande partie à Vélo Québec. Depuis 1967, l’organisme encourage sans relâche l’utilisation du vélo comme moyen de transport propre et actif, mais également à des fins touristiques. Que ce soit par la création d’événements vélo rassembleurs, le développement de la Route Verte, le travail de représentation pour obtenir des voies cyclables et un juste partage de la route ou la publication de cartes, de guides et de magazines spécialisés, Vélo Québec a grandement contribué à l’essor du vélo auprès des Québécois, mais également au-delà de nos frontières.

Voici la seconde partie de l’entretien réalisé avec la présidente-directrice générale de Vélo Québec, Suzanne Lareau, qui se remémore le chemin parcouru au Québec depuis la création de l’organisme et jette un regard vers l’avenir.

Comment qualifieriez-vous l’évolution du vélo au Québec depuis la création de Vélo Québec ?

Dans les années 60 et 70, le vélo était utilisé principalement par les enfants. À la fin des années 70, on a vu arriver les premières voies cyclables au Québec. Puis, des événements se sont mis en place comme le Tour de l’île de Montréal en 1985. Les aménagements cyclables et les événements cyclistes ont fait réaliser aux gens que le vélo pouvait être accessible à tout le monde. Dans les années 90, le vélo s’est tranquillement popularisé avec le Tour de l’île. On voulait élargir la base de gens qui pouvaient être intéressés par le vélo. On était préoccupé par la question des transports au quotidien et du loisir sportif et récréatif, mais aussi par la question du tourisme, des voyages à vélo. Le Grand Tour est le premier voyage à vélo pour les adultes sportifs qu’on a proposé en 1994. Il a beaucoup contribué à l’essor de la pratique cyclosportive et touristique. Il y a des Américains, des Ontariens et quelques Européens qui y participent. Ils viennent faire un voyage avec des Québécois avec lesquels ils créent des liens. On a également une clientèle hors Québec pour le Tour de l’île et le Tour de nuit, en provenance surtout des états et des provinces limitrophes au Québec qui viennent passer le week-end à Montréal. On a ensuite mis en place La Petite Aventure, un voyage d’initiation au cyclotourisme de trois jours accessible à tout le monde; un tiers de la clientèle a moins de 18 ans. On a finalement commencé à organiser des voyages forfaits en vélo au Québec, aux États-Unis et en Europe à partir de 1997.


Comment Vélo Québec compte-t-il souligner son 50e anniversaire en 2017 ?

Il n’y aura pas d’événement majeur, mais plusieurs actions seront déployées tout au long de l’année pour souligner notre 50e anniversaire qui se veut axé sur le futur :

  1. Au début de l’année, on a tenu un colloque sur le vélo d’hiver et l’événement Lune d’hiver à vélo en février; ils commençaient bien l’année de notre 50e anniversaire.
  2. On prépare une courte vidéo qui tracera les 50 ans d’action de Vélo Québec qui sera prête pour le Festival Go vélo Montréal à la fin mai. Les gens pourront voir l’évolution de notre organisation qui est intrinsèquement liée à celle du vélo au Québec.
  3. Au mois de mai, on fera don de nos archives à Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) et on organisera un événement symbolique pour le souligner.
  4. Le 31 mai, on lancera un numéro hors série de Vélo Mag entièrement consacré à l’histoire du vélo au Québec.
  5. Dans le cadre du prochain Tour de l’île, il y aura une douzaine de tableaux à vélo présentant des thématiques historiques inspirées de l’histoire du vélo.
  6. Cet automne, on demandera à un artiste de faire une murale vélo sur une des façades de la Maison des cyclistes.
  7. Cet automne, on organisera un événement qui rassemblera les chefs de file gravitant autour du vélo. À cette occasion, on déposera un manifeste présentant la vision du Québec vélo en 2030. Il s’agit d’un manifeste d’espoir, une vision qui présentera ce qu’on rêve pour le futur du vélo au Québec, fait en collaboration avec des acteurs dans le domaine du vélo au Québec.
  8. On a réalisé une ligne du temps qui marque les grands moments de notre organisation depuis 1967.

Quels sont les projets d’avenir de Vélo Québec ?

On travaille sur des projets d’avenir comme le programme Cycliste averti qui en est à sa 3e année. C’est un cours qu’on a développé dans les écoles primaires avec les jeunes de 5e et de 6e année qui leur apprend à être des cyclistes prudents et avertis. Si on veut que les jeunes fassent plus de vélo que la génération actuelle, il faut les encourager à le faire. C’est un projet qui est très porteur d’avenir pour nous. L’année dernière, on a formé 500 jeunes et cette année, on compte en former plus de 1 000.

Un autre projet d’avenir est le Mouvement vélosympathique démarré il y a un an et demi. Il s’agit d’un mouvement de certification pour les villes et les organisations privées ou publiques. Celles-ci doivent remplir un questionnaire en précisant ce qu’elles ont fait pour être plus « vélo sympathique », et se méritent ensuite une mention honorable ou une certification bronze, argent, or ou platine. L’objectif est surtout de leur fournir une rétroaction qui les aide à aller plus loin et à améliorer l’environnement « vélo sympathique » autour d’eux. Au printemps, on certifiera notre 3e cohorte de villes et d’organisations. Il y en a actuellement 25 au total.

Dans le cadre de notre 50e anniversaire, on a décidé de réduire à 10 $ les frais d’inscription de nos événements Tour de l’île de Montréal et un Tour la Nuit pour les jeunes de 13-17 ans. Il est gratuit pour les 12 ans et moins depuis quelques années. On veut démocratiser cette pratique et réduire la barrière financière au minimum.

Finalement, on travaille à l’élaboration de notre plan stratégique qui sera déposé cet automne. Ce n’est pas juste le plan stratégique de Vélo Québec, mais également notre vision du vélo au Québec.

Quel serait votre souhait pour l’avenir ?

On aimerait que le vélo devienne une norme sociale; que la place du vélo soit acquise dans tous les gestes que l’on pose comme société. Ce n’est pas normal qu’on doive encore se battre aujourd’hui pour demander à des instances d’intégrer des voies cyclables lorsqu’on refait des rues, des routes et des ponts. Ou encore qu’il y ait de la place pour votre vélo lorsque vous embarquez dans un train ou dans un autobus pour aller à Québec. Il y a beaucoup d’ouverture depuis 10-15 ans, mais il reste encore des barrières à faire tomber et des réflexes à changer.

Vélo Québec : 50 ans en 10 réalisations

  1. Incorporation de la Fédération cyclotouriste provinciale qui initie les jeunes aux voyages à vélo (1967).
  2. Publication d’un mémoire lors de la « grande » révision du Code de la route et organisation des premiers colloques sur les aménagements cyclables à Montréal et à Québec (1979).
  3. Organisation du premier Tour de l’Île de Montréal (1985).
  4. Lancement de Vélo Québec magazine (1981) qui deviendra Vélo Mag en 1989.
  5. Dévoilement du Plan du Québec cyclable et des corridors verts de l’an 2000 (1992).
  6. Suite à l’organisation du premier Grand Tour, création en 1995 de l’agence Les Voyages du Tour de l’Île qui deviendra Vélo Québec Voyages en 2005 (1995).
  7. Le gouvernement du Québec annonce le démarrage de la Route verte, suite à la proposition de Vélo Québec, qui en devient le maître d’œuvre (1995). Elle sera inaugurée officiellement en 2007. La Route verte est un itinéraire qui est en constante expansion.
  8. Lancement de la certification Bienvenue cyclistes! destinée aux hôtels, auberges, B&B et campings (2005). Quelque 500 établissements sont certifiés.
  9. Lancement du programme d’éducation Cycliste averti, destiné aux jeunes de 5e et 6e années du primaire (2014).
  10. Lancement du mouvement vélosympathique (2015).

Cliquez ici pour consulter la première partie de l’entretien avec Suzanne Lareau diffusée à l’automne 2016.

Partagez sur :

Étiquettes